Début

Marché de la TV payante : « beIN Sports est dans la meilleure position » (Philippe Bailly, NPA Conseil)

Paris - Publié le mardi 3 décembre 2019 à 18 h 00 - n° 169418 « Sans forcément parler de meilleure offre, je pense que beIN SportsbeIN Sports est dans la meilleure position (parmi les opérateurs de TV payante en France). Ils se positionnent comme la deuxième offre de sports incontournable pour les FAIFAIFournisseur d'accès à Internet et Canal+Canal+, indispensable pour les vrais fans de football et de sports en général », déclare Philippe Bailly, président du cabinet de conseil spécialisé dans les médias NPA Conseil, à News Tank, le 03/12/2019, suite à l’attribution des droits de la Ligue des champions, le 29/11/2019.

Les droits de diffusion en France de la Ligue des champions, sur le cycle 2021-2024, ont été attribués aux groupes de TV payante Canal+ et beIN Sports et au groupe de télévision gratuite TF1 (pour la finale en clair), le 29/11/2019. Le montant global des droits serait de 375 M€ par saison selon L’Equipe.

« Je vois mal RMC SportRMC Sport récupérer des droits en sous-licence alors qu’ils n’ont pas vraiment défendu leurs droits sur la Ligue des champions. D’autant plus qu’au niveau du groupe (Altice FranceAltice France), la 5G et la fibre sont un enjeu capital dans les années à venir et vont nécessiter des investissements de plusieurs milliards d’euros. Faire l’économie de plusieurs centaines de millions d’euros n’est donc pas négligeable pour Altice. Et la revente des droits de la saison 2020-21 n’est peut-être pas une hypothèse à écarter », déclare Phillipe Bailly, qui répond aux questions de News Tank.
Philippe Bailly - © NPA
Philippe Bailly - © NPA

Quels sont les principaux enseignements de cette attribution des droits de la Ligue des champions ?

Le premier, c’est AlticeAltice France qui perd ses droits de la Ligue des champions. L’offre commerciale RMC Sport devra donc à l’avenir a minima être revue à la baisse ou tout simplement disparaître. Le paysage se simplifie avec un retour à trois principaux opérateurs de TV payante au lieu de quatre.

Retour en force de Canal+Ensuite, il y a le retour en force de Canal+Canal+ qui avait perdu l’appel d’offres sur les droits de la Ligue 1, il y a un an et demi. Se pose maintenant la question pour Canal de la saison 2020-21 puisque le groupe n’aura ni les droits de la Ligue 1 ni ceux de la Ligue des champions lors de la prochaine rentrée. Que vont-ils proposer comme offre à leurs abonnés ?

Enfin, beIN se repositionne comme un acteur fort. Il y a quelques semaines, certains les voyaient sortir du paysage alors qu’ils sont désormais les seuls à avoir des droits sur la Ligue 1 et sur la Ligue des champions. Ils se positionnent comme une offre complémentaire de sports idéale pour une commercialisation par les FAI et Canal+.

Une possible plainte de Mediapro auprès de l’UEFA a-t-elle une chance d’aboutir ?

Manifestement tout ne s’est pas déroulé comme prévu durant cet appel d’offresJe ne sais pas comment l’appel d’offres a été « verrouillé » juridiquement, donc je ne peux pas me prononcer. Mais manifestement tout ne s’est pas déroulé comme prévu durant cet appel d’offres, sinon l’UEFA n’aurait pas autant tardé à communiquer les résultats aux candidats.

Quel avenir pour RMC Sport ?

Deux possibilités : soit l’offre disparaît à terme, soit elle est maintenue, mais avec un positionnement différent, sur des droits moins premium, davantage comparable à EurosportEurosport.

RMC Sport peut changer de positionnement ou disparaîtreJe vois mal RMC Sport récupérer des droits en sous-licence alors qu’ils n’ont pas vraiment défendu leurs droits sur la Ligue des champions. D’autant plus qu’au niveau du groupe, la 5G et la fibre sont un enjeu capital dans les années à venir et vont nécessiter des investissements de plusieurs milliards d’euros. Faire l’économie de plusieurs centaines de millions d’euros n’est donc pas négligeable pour Altice. Et la revente des droits de la saison 2020-21 n’est peut-être pas une hypothèse à écarter.

Entre Canal+, beIN Sports et Mediapro, qui vous semble avoir la meilleure offre ?

Historiquement le feuilleton Ligue 1 constitue la meilleure offreC’est difficile à dire, mais historiquement le feuilleton Ligue 1 constitue la meilleure offre. D’éventuelles meilleures performances des clubs français en Ligue des champions sur le prochain cycle pourraient néanmoins aider à valoriser cette compétition.

Mais sans forcément parler de meilleure offre, je pense que beIN Sports est dans la meilleure position. Ils se positionnent comme la deuxième offre de sports incontournable pour les FAI et Canal+, indispensable pour les vrais fans de football et de sports en général.

Est-ce que ces acteurs vont réussir à rentabiliser leurs droits ?

Pour Canal+, la rentabilité des droits est compliquée à calculer car le groupe ne propose pas qu’une offre sport. De plus, Canal+ est également un distributeur. Ce qui est certain, c’est qu’avec la perte de la Ligue 1, ils vont faire des économies sur leur coût de grille.

Rentabilité compliquée pour Mediapro et beIN SportsMediapro et beIN Sports vont eux devoir supporter la hausse de 60 % des droits de la Ligue 1. Pour l’un comme pour l’autre, cela me semble compliqué d’être rentables sur le cycle de droits 2020-2024.

Parmi les futurs rapprochements possibles entre les quatre opérateurs, quel est celui ou quels sont ceux qui vous paraissent le(s) plus probable(s) ?

Un rapprochement entre Mediapro et beIN Sports serait un cauchemar pour les distributeursSi on part du postulat qu’il va forcément y avoir des alliances, un rapprochement entre Mediapro et beIN Sports me semble possible. Ils pourraient proposer l’intégralité de la Ligue 1 et une partie de la Ligue des champions, ce serait un véritable cauchemar pour les distributeurs.

Jaume Roures (président et fondateur de Mediapro) a toujours dit qu’il écartait les accords de distribution exclusifs, donc un rapprochement avec Canal+, hors simple accord de distribution non exclusif, ne me paraît pas envisageable en l’état. Mais d’ici la reprise de la Ligue 1, les choses peuvent changer.

Concernant Altice, je pense qu’ils vont rapidement recevoir des offres pour leur dernière année d’exploitation des droits de diffusion des Coupes d’Europe.

Principaux droits TV des chaînes payantes en France

Principaux droits TV des chaînes payantes en France

  •  2019-20
    Canal+ • Ligue 1 Conforama : trois affiches par journée (550 M€)
    • Premier League  : co-diffusion avec RMC Sport (50 M€)
    • Top 14 (97 M€)
    • Domino’s Ligue 2 : un match par journée (10 M€)
    • D1 Arkema
    • Formule 1 (saison 2019)
    • Moto GP (saison 2019)
    beIN Sports • Ligue 1 Conforama : sept matches par journée, choix 4 à 10 (180 M€)
    • Domino’s Ligue 2 : neuf matches par journée dont le choix 1 (12 M€)
    • Euro 2020 (38 M€)
    • LaLiga Santander (30 M€)
    • Bundesliga
    • Serie A TIM
    • NBA, NFL, MLB, MLS
    • Rugby : Coupes d’Europe (H Champions Cup, Challenge Cup)
    • Handball : Lidl Starligue, Ligue des champions masculine et féminine
    • Tennis : Wimbledon, Coupe Davis, Fed Cup
    RMC Sport • Ligue des champions et Europa Ligue (350 M€)
    • Premier League : co-diffusion avec Canal+ (50 M€)
    • Basket : Jeep Elite (10 M€), Turkish Airlines Euroligue
  •  2020-21
    Canal+ • Ligue 1 Uber Eats : deux matches par journée dont le choix 1 28 journées sur 38 (330 M€), objet d’un accord de sous-licence avec beIN Sports
    • Premier League  : co-diffusion avec RMC Sport (50 M€)
    • Top 14 (97 M€)
    • Formule 1 (saison 2020)
    • Moto GP (saison 2020)
    • D1 Arkema
    beIN Sports • Ligue 2 : deux affiches par journée
    • LaLiga Santander (30 M€)
    • Bundesliga
    • Serie A TIM
    • NFL, MLB, MLS ( ?)
    • Rugby : Coupes d’Europe (H Champions Cup, Challenge Cup)
    • Handball : Lidl Starligue, Ligue des champions masculine et féminine
    • Tennis : Wimbledon, Coupe Davis, Fed Cup
    Mediapro • Ligue 1 Uber Eats : huit matches en exclusivité par journée (304 par saison dont les 10 meilleures affiches) + 19 matches par saison en co-diffusion (780 M€)
    • Ligue 2 : multiplex de huit matches
    RMC Sport • Ligue des champions et Europa Ligue (350 M€)
    • Premier League : co-diffusion avec Canal+ (50 M€)
  •  2021-22
    Canal+ • Ligue 1 Uber Eats : deux matches par journée dont le choix 1 28 journées sur 38 (330 M€), objet d’un accord de sous-licence avec beIN Sports
    • Ligue des champions : affiches du mardi et du mercredi soir (310 M€)
    • Coupes d’Europe de football : affiche d’Europa Ligue (ou d’Europa Conference Ligue, au choix)
    • Premier League  : co-diffusion avec RMC Sport (50 M€)
    • Top 14 (97 M€)
    • D1 Arkema
    beIN Sports • Ligue des champions : intégralité des rencontres à l’exception des deux meilleures rencontres par journée soit 104 au total (65 M€)
    • Ligue 2 : deux affiches par journée
    • Rugby : Coupes d’Europe (H Champions Cup, Challenge Cup)
    • Handball : Lidl Starligue, Ligue des champions masculine et féminine
    • Tennis : Wimbledon, Coupe Davis, Fed Cup
    Mediapro • Ligue 1 Uber Eats : huit matches en exclusivité par journée (304 par saison dont les 10 meilleures affiches) + 19 matches par saison en co-diffusion (780 M€)
    • Ligue 2 : multiplex de huit matches
    • Europa Ligue et Europa Conference Ligue : tous les matches sauf la meilleure affiche de l’une des deux compétitions
    RMC Sport • Premier League : co-diffusion avec Canal+ (50 M€)

Note : Les montants indiqués sont des montants estimés et non officiels

Philippe Bailly

Fiche n° 2960, créée le 07/03/14 à 17:15 - MàJ le 25/05/20 à 19:14

Philippe Bailly

Date de naissance : 13/08/1964

Parcours Depuis Jusqu'à
NPA conseil
Président Août 2001 Aujourd'hui
Août 2001 Aujourd'hui
Institut National de l'Audiovisuel
Directeur général adjoint 1999 à 2000
1999 2000
Ministère de la Culture et de la Communication
Conseiller technique 1997 à 1999
1997 1999
Hachette Filipacchi Grolier
Directeur général adjoint 1995 à 1997
1995 1997
Ministère de l'Économie et des Finances
Conseiller technique 1992 à 1993
1992 1993
Ministère délégué à la Justice
Conseiller technique 1991 à 1992
1991 1992

• Paris X Nanterre. Economics, maîtrise (1982-1986)
• Chevalier des Arts et Lettres


Fin
loader mask
1