Début

Exclusif Assoc. du Football Professionnel Féminin : « On est devant une page blanche » (L. Nicollin, président)

Paris - Publié le mercredi 8 janvier 2020 à 10 h 00 - n° 171819 « Il fallait créer quelque chose pour donner un nouveau souffle au football professionnel féminin français après la Coupe du monde féminine 2019Coupe du monde féminine 2019Organisée en France, du 07/06 au 07/07/2019, dans neuf villes : Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nice, Paris (Parc des Princes), Reims, Rennes et Valenciennes.. Nous n’en sommes qu’au début, nous allons essayer de faire quelque chose de bien. Nous sommes devant une page blanche et à 1 000 lieux de ce qui existe chez les garçons, mais c’est ça qui est passionnant », affirme à News Tank Laurent NicollinLaurent Nicollin, président de la toute nouvelle Association du Football Professionnel Féminin (AFPFAFPFAssociation du Football Professionnel Féminin), le 07/01/2020.

« Le football féminin français est à la recherche d’un véritable modèle de développement économique. Pour y parvenir, il conviendra de trouver des réponses à un certain nombre d’inconnues :
• Comment financer le développement du football féminin ?
• Comment maintenir les clubs professionnels français parmi les “top clubs” féminins européens ?
• Comment protéger l’investissement réalisé par les clubs professionnels en matière de formation de joueuses ?
Les clubs professionnels de Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 et de l’UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football, conscients des enjeux des prochaines années, ont créé l’Association du Football Professionnel Féminin, présidée par Laurent Nicollin (Président du Montpellier Hérault Sport ClubMontpellier Hérault Sport Club - MHSC) afin de travailler sur l’ensemble de ces questions », annonce le syndicat Première LiguePremière Ligue dans sa newsletter du 06/01/2020.

« Durant la Coupe du monde féminine 2019 en France, nous avions déjà initié une réunion entre responsables des équipes féminines professionnelles. Après un ou deux rendez-vous durant l’automne 2019, a germé l’idée de créer une association qui puisse jouer le rôle de porte-parole vis-à-vis de la FFFFFFFédération Française de Football », explique Philippe DialloPhilippe Diallo, directeur général de l’UCPF.

« L’un des intérêts est de trouver un modèle économique pérenne. Noël Le GraëtNoël Le Graët (président de la FFF) a favorisé le développement du football féminin et Brigitte HenriquesBrigitte Henriques (vice-présidente déléguée de la FFF) s’en occupe bien. Jean-Michel AulasJean-Michel Aulas a été un vrai précurseur : l’Olympique Lyonnais est aujourd’hui le meilleur club du monde de football féminin. Les autres dirigeants qui se décident à investir se rendent compte qu’il est délicat d'équilibrer un budget », ajoute Philippe Diallo.

« Il faut qu’on suive l’exemple donné par Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais) et par mon père (Louis Nicollin, créateur du Montpellier Hérault SC et président du club de 1974 à sa mort le 29/06/2017) pour dynamiser le football féminin français et le rendre concurrentiel au niveau international », affirme Laurent Nicollin qui répond aux questions de News Tank.
Laurent Nicollin - © MHSC
Laurent Nicollin - © MHSC

L’Association du Football Professionnel Féminin

L’Association du Football Professionnel Féminin

Composition du bureau :

Laurent Nicollin (Montpellier Hérault SC), président

Olivier Blanc (Olympique Lyonnais), secrétaire

Jean-Marc Barsotti (AS Saint-Étienne), trésorier

Ulrich Ramé (Girondins de Bordeaux)

Bruno Cheyrou (Paris Saint-Germain)

Pierre Wantiez (Havre AC)

Olivier Delcourt (Dijon Football CO)

René Franceschetti (FC Metz)

(Les cinq premiers membres de ce bureau appartiennent à des clubs adhérents à Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015, les trois derniers à des clubs adhérents à l'UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football)

« Il s’agit de mettre en place le football féminin pour les 10 ans à venir » (L. Nicollin, AFPFAFPFAssociation du Football Professionnel Féminin)

L’originalité de l’AFPFAFPFAssociation du Football Professionnel Féminin est qu’elle réunit Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 et l’UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football, les deux syndicats de présidents de clubs…

C’est plus simple ainsi. Avoir l’aval des deux syndicats, ça coulait de source.

Quel est l’objectif n° 1 de cette Association du Football Professionnel Féminin ?

Il est de poursuivre le développement du football féminin dans les clubs, d’offrir de meilleures structures, d’inciter les clubs à monter des sections féminines.

Vous préférez convaincre que contraindre ? 

Oui, il faut donner envie aux clubs de faire quelque chose. Le Championnat de France féminin progresse petit à petit. Il faut l’aider à grandir.

Coupe du monde féminine 2019 : l'équipe de France - © FFF

Êtes-vous déçu que la Coupe du monde féminineCoupe du monde féminine 2019Organisée en France, du 07/06 au 07/07/2019, dans neuf villes : Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nice, Paris (Parc des Princes), Reims, Rennes et Valenciennes. en France n’ait pas davantage boosté le Championnat de France ?

Pour que je sois déçu, il aurait fallu que j’aie des espérancesNon, pour que je sois déçu, il aurait fallu que j’aie des espérances, mais déjà pendant la Coupe du monde, j’avais averti que cette compétition n’allait pas tout métamorphoser d’un coup, tout révolutionner. C’est pour cela justement qu’il faut un second souffle pour les quatre ou cinq ans à venir. La Coupe du monde féminine a eu un effet important sur la visibilité du football féminin en France. Il faut en profiter, il faut structurer, il faut que les médias parlent davantage du football féminin, Canal+ fait des efforts, la FFFFFFFédération Française de Football aussi…

Le modèle économique du football féminin reste-t-il à créer ?

Bien sûr ! Aujourd’hui, il n’existe pas. Je ne veux pas parler des autres, mais au Montpellier HSC, le football féminin représente davantage de dépenses que de recettes. Nous partons donc de très loin, il y a des choses à mettre en place.

Y a-t-il des exemples à aller chercher à l’étranger ?

Il faut tout revoirEn France, le Paris SG et l’Olympique Lyonnais assurent la promotion du football féminin de belle façon, mais il faut progresser. En Angleterre, en Espagne, il y a des moyens qui sont mis à disposition par les instances. Si nous ne faisons pas d’efforts, nous allons être décrochés. Il faut tout revoir.

L’OL, vainqueur des 13 dernières éditions du Championnat de France féminin, de 2006-07 à 2018-19 - © Damien LG - OL

En matière de formation, par exemple ?

Le fait d’avoir obtenu l’unanimité lorsque j’ai proposé la création de l'AFPF montre qu’il y a une volonté partagée d’avancerEn matière de formation comme pour le reste, tout est à mettre en place. Nous sommes devant une page blanche et à 1 000 lieux de ce qui existe chez les garçons, mais c’est ça qui est passionnant. La Coupe du monde en France, puis la réunion des clubs sur ce sujet ne peuvent pas tout résoudre, il s’agit de mettre en place le football féminin pour les 10 ans à venir. Un peu comme l’a fait l’UCFPUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football à sa création en 1990. Le projet est intéressant et le fait d’avoir obtenu l’unanimité lorsque j’ai proposé la création de cette Association (lors de l’Assemblée générale de la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) du 12/12/2019) montre qu’il y a une volonté partagée d’avancer.

Les clubs anglais, espagnols, italiens se renforcent. Il faut qu’on suive l’exemple donné par Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais et par mon père (Louis Nicollin) pour dynamiser le football féminin français et le rendre concurrentiel au niveau international.

Laurent Nicollin

Fiche n° 1776, créée le 11/02/14 à 17:31 - MàJ le 07/01/20 à 18:24

Laurent Nicollin

Date de naissance : 26/01/1973

Parcours Depuis Jusqu'à
Association du Football Professionnel Féminin
Président Janvier 2020 Aujourd'hui
Janvier 2020 Aujourd'hui
Montpellier Hérault Sport Club
Président 2017 Aujourd'hui
2017 Aujourd'hui
Groupe Nicollin
Directeur général 1993 Aujourd'hui
1993 Aujourd'hui

« Je salue l’initiative de Laurent Nicollin » (B. Caïazzo, Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015)

Bernard Caïazzo - © C+ • « Je salue la création de l’Association du Football Professionnel Féminin née à l’initiative de Laurent Nicollin qui a souhaité fédérer les clubs professionnels de football ayant des équipes féminines qui participent aux Championnats de D1 ArkemaD1 ArkemaPremière division française de football féminin (D1 Féminine), Arkema étant sponsor titre pour le cycle 2019-2022 ou de D2 afin qu’ils puissent parler d’une seule voix.

• Le football professionnel féminin est en complète mutation, à la recherche d’un véritable modèle économique. Nombre de règles fédérales s’avèrent inadaptées au système aujourd’hui en vigueur. Aucune structure n’était jusqu’à présent dédiée à l’examen de ces sujets majeurs et l’Association, soutenue par Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 et l’UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football, vise à pallier cette carence. »

« Un chantier d’ampleur se présente »

• « L'AFPFAFPFAssociation du Football Professionnel Féminin aura pour objet la défense des intérêts des clubs, mais aussi la réalisation de toute étude sur toute question directement ou indirectement liée au football féminin, qu’elle soit d’ordre social, économique ou juridique, qui pourra lui être soumise.

• Bref, un chantier d’ampleur se présente, qui devra trouver les meilleures réponses possibles pour assurer le développement d’un football féminin pérenne de haut niveau. »

Bernard Caïazzo, président de Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015, à News Tank, le 07/01/2020

« Aujourd’hui, le football féminin coûte de l’argent » (C. Michy, UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football)

Claude Michy - © D.R. • «  Comme on va vers une réunion des deux syndicats -même s’il s’agit d’un véritable serpent de mer-, c’est bien que l'UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football et Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 soient ensemble au sein de l’Association du Football Professionnel Féminin. Quand les syndicats seront réunis, cette nouvelle structure devrait être intégrée avec Laurent Nicollin qui chapeautera ce secteur. C’est bien, il tient la route.

• Je suis pas favorable à la multiplication des structures, mais comme le monde change, c’est bien de se réunir et de construire ensemble en ayant une vision d’avenir.

• Aujourd’hui, en dehors peut-être de l’OL qui est un cas particulier, le football féminin coûte de l’argent aux clubs qui ont une équipe en D1 féminineD1 ArkemaPremière division française de football féminin (D1 Féminine), Arkema étant sponsor titre pour le cycle 2019-2022. »

« Le sport féminin peut attirer une autre clientèle »

• « Il y a un énorme décalage entre les audiences des événements de sport féminin, comme la Coupe du monde de football, le Championnat d’Europe de volley ou les matches de rugby, et l’irrigation au niveau des clubs où il y a beaucoup moins de visibilité. Il faut donc trouver d’autres retombées pour les partenaires.

• Pourtant, le sport féminin, au niveau du spectacle, montre des choses plus valorisantes pour le sport et peut donc attirer une autre clientèle. Mais si demain, les joueuses sortent aussi des centres de formation comme les garçons aujourd’hui, est-ce que leur comportement ne s’en trouvera pas affecté ? C’est le genre de question que nous devons nous poser. »

Claude Michy, président de l'UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football, à News Tank, le 07/01/2020

Think Football 2020 : le football féminin français après la Coupe du monde 2019

Think Football - © D.R. • Quels effets à cinq ans de la Coupe du monde féminine 2019Coupe du monde féminine 2019Organisée en France, du 07/06 au 07/07/2019, dans neuf villes : Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nice, Paris (Parc des Princes), Reims, Rennes et Valenciennes. en France sur le football féminin français ? Cette question constitue le thème d’un débat organisé lors de Think Football 2020, la Journée de conférences, de réflexion et de rencontres organisée par News Tank, sur le Campus Eiffel de notre partenaire INSEEC U. Sport (Paris XVe), le mercredi 05/02/2020.

• A ce débat participeront notamment Brigitte Henriques, ancienne internationale aujourd’hui vice-présidente déléguée de la FFFFFFFédération Française de Football, Fabien Safanjon, vice-président de l'UNFPUNFPUnion Nationale des Footballeurs Professionnels, ainsi qu’un représentant de l’Olympique Lyonnais, vainqueur des 13 derniers Championnats de France féminins et des 4 dernières Ligues des champions féminines.

Pour s’inscrire à Think Football 2020, cliquez ici !

Le football féminin français en trois graphiques

(Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015, newsletter du 06/01/2020)

181 000 licenciées en 2019-20

Le football féminin français en 2019-20 - © FFF (Assemblée fédérale du 14/12/2019)

La D1 féminine pesait 18 M€ en 2016-17

Économie du sport féminin en France - © Première Ligue

Comparatif France - Angleterre (D1 ArkemaD1 ArkemaPremière division française de football féminin (D1 Féminine), Arkema étant sponsor titre pour le cycle 2019-2022 - Women’s Super League)

Comparatif D1 Arkéma - Championnat d’Angleterre féminin - © Première Ligue

Première Ligue - UCPF : la fusion est proche

Première Ligue - UCPF : la fusion est proche

• La création de l’Association du Football Professionnel Féminin à l’initiative de Laurent Nicollin, validée à l’unanimité par les clubs professionnels de Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 et de l’UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football, s’inscrit dans un schéma dont l’arrière-plan est le rapprochement des deux syndicats de présidents de clubs qui, physiquement, travaillent déjà côte à côte, au siège de la Ligue de Football Professionnel, rue Léo-Delibes à Paris (XVIe).

• « On va regrouper les syndicats (Première Ligue et UCPF) », a affirmé Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP, à la tribune de l’Assemblée fédérale de la FFF, le 14/12/2019.

• Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 avait été créée le 01/09/2015, un peu plus d’un an avant les élections à la LFP qui avaient porté Nathalie Boy de la Tour à la présidence, le 11/11/2016.

• Alors que les prochaines élections à la Ligue sont programmées en novembre 2020, un groupe de travail composé de sept présidents (ou dirigeants) de clubs planche sur une nouvelle réforme de la gouvernance de la LFP :

- Jean-Michel Roussier (AS Nancy-Lorraine)

- Vincent Ponsot (Olympique Lyonnais)

- Victoriano Melero (Paris Saint-Germain FC)

- Olivier Létang (Stade Rennais FC)

- Bernard Joannin (Amiens SC)

- Marc Keller (RC Strasbourg-Alsace)

- Xavier Thuilot (AS Saint-Étienne).

Première Ligue

Fiche n° 3529, créée le 25/09/15 à 10:55 - MàJ le 10/07/20 à 17:00

Première Ligue

Activité  : syndicat de présidents de clubs
• Création : 01/09/2015
Membres (19) :
- Ligue 1 Uber Eats (15 clubs en 2020-21) : Angers SCO, AS Monaco, AS Saint-Étienne, FC Nantes, Girondins de Bordeaux FC, LOSC Lille, FC Lorient, Montpellier HSC, OGC Nice, Nîmes Olympique, Olympique Lyonnais, Olympique de Marseille, Paris Saint-Germain, Stade Rennais FC et Stade de Reims.
- Ligue 2 BKT (4 clubs en 2020-21) : GFC Ajaccio, SM Caen, Toulouse FC et ESTAC Troyes.
Gouvernance
• Président (élu le 01/09/2015, réélu pour quatre ans le 01/09/2016) :
- Bernard Caïazzo (AS Saint-Étienne)
• Vice-présidents (élus le 01/09/2015, réélus pour quatre ans le 01/09/2016) :
- Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais)
- Nasser Al-Khelaïfi (Paris Saint-Germain FC)
- Saïd Chabane (Angers SCO)
• Secrétaire-adjoint :
- Olivier Sadran (Toulouse FC)
• Trésorier :
- Jean-Pierre Caillot (Stade de Reims)
------
• Déléguée générale : Marie-Hélène Patry
• Délégué général-adjoint : Bruno Belgodère
Directeur de la communication : Denis Chaumier
• Directrice juridique : Morgane Duval
• Chargé de mission économique : Arthur Donnadieu



Première Ligue
6 rue Léo Délibes
75116 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Union des Clubs Professionnels de Football

Fiche n° 1240, créée le 06/02/14 à 18:33 - MàJ le 07/01/20 à 17:38

Union des Clubs Professionnels de Football

Activité : syndicat des présidents de clubs professionnels de football français
Création : 1990
Président (depuis le 14/06/2017)  : Claude Michy, président du Clermont Foot 63
Directeur général : Philippe Diallo
Comité exécutif pour la période 2016-2020 :
• Bertrand Desplat (EA Guingamp), vice-président Ligue 1
• Olivier Delcourt (Dijon FCO), trésorier
• Marc Keller (RC Strasbourg Alsace), secrétaire
• Bruno Allègre (La Berrichonne de Châteauroux)
• Karim Fradin (Chamois niortais FC)
• Jean-Luc Muller (FC Metz)
• Bernard Joannin (Amiens SC)
Francis Graille (AJ Auxerre)
----------
Les 22 clubs adhérents (2019-20)
• Ligue 1 Conforama (5 clubs) : Dijon FCO, FC Metz, RC Strasbourg Alsace, Amiens SC Football et Stade Brestois 29.
• Domino’s Ligue 2 (13 clubs) : En Avant de Guingamp, AS Nancy-Lorraine, AC Ajaccio, AJ Auxerre, Clermont Foot 63, Havre AC, RC Lens, Chamois Niortais, US Orléans, FC Sochaux-Montbéliard, Valenciennes FC, La Berrichonne de Châteauroux et Paris FC..
• National 1 (4 clubs) : Stade Lavallois, Football Bourg en Bresse Peronnas, Quevilly-Rouen Métropole et Red Star FC.



Union des Clubs Professionnels de Football
6 rue Léo-Delibes
75116 Paris - FRANCE
Téléphone : 01 55 73 32 37
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1