Request your discovery subscription!

Arabie saoudite / foot féminin: "Un premier Championnat à 16 équipes avec 430 joueuses" (L. Bahaian)

News Tank Football - Paris - Interview #252853 - Published on 30/05/22 at 10:00 -
- +
©  D.R.
Lamia Bahaian, directrice du football féminin au sein de la SAFF - ©  D.R.

« Le fait d’avoir 16 équipes jouant sous l'égide de la Fédération aura été l’une des choses les plus excitantes s'étant produite en novembre 2021. C’est un très bon chiffre pour le lancement de la première Ligue féminine de l’histoire de la SAFF Saudi Arabian Football Federation, Fédération saoudienne de football. . 430 joueuses ont participé au total » déclare Lamia Bahaian Board Member & Head of Women’s Football Department @ Saudi Arabia Football Federation (SAFF)
, directrice du football féminin au sein de la Fédération saoudienne de football (SAFF), à News Tank, le 01/04/2022.

L’Arabie saoudite a lancé son tout premier championnat de football féminin le 25/11/2021. La compétition s’est déroulée en deux phases avec d’abord trois ligues régionales à Riyad, Djeddah et Ammam. Celles-ci ont permis de qualifier huit équipes pour la phase nationale, disputée sous un format de playoffs du 01 au 08/01/2022.

« La durée totale est une chose qu’il faudra changer : au lieu d’avoir une compétition de deux mois, il faudrait une ligue de quatre à six mois. Les joueuses doivent pouvoir s’entraîner davantage. En revanche, l’une des meilleures choses aura été l’enthousiasme des filles à l’idée de jouer et leur engagement. Elles disputaient deux matches par semaine, des matches très compétitifs. Nous voulons vraiment profiter de cet élan en ajoutant plus d'équipes et en créant une deuxième division. L’idée serait de maintenir 16 équipes dans l'élite et d’avoir 12 équipes en deuxième division », indique la dirigeante saoudienne.

Le développement du football féminin en Arabie saoudite s’inscrit dans un mouvement plus vaste de développement de la pratique sportive des filles et des femmes, à l’initiative du gouvernement. Parmi les défis à relever, celui des installations pour accueillir les athlètes.

« Les infrastructures sont un problème pour les hommes et donc pour les femmes aussi. Le gouvernement et la Fédération sont très conscients de ce problème. Nous venons de lancer un projet d’identification de terrains dans plusieurs villes. Par exemple, à Riyad, nous avons l’Université Prince Nourah. Nous voulons y rénover quatre terrains de football. Après cette rénovation, nous irons dans une autre ville, etc. Nous rénovons ces terrains pour le football féminin uniquement », explique Lamia Bahaian, qui répond aux questions de News Tank.


« Les clubs masculins se sont rendu compte que les femmes jouaient bien au football et certains sont intéressés par la création d’une équipe féminine » (L. Bahaian, SAFF)

Comment s’est déroulé le premier Championnat féminin d’Arabie saoudite qui a démarré en novembre 2021 ?

Le fait d’avoir 16 équipes jouant sous l'égide de la Fédération aura été l’une des choses les plus excitantes s'étant produite en novembre dernier. C’est un très bon chiffre pour le lancement de la première Ligue féminine de l’histoire de la SAFF. 430 joueuses ont participé au total.

Le Championnat a duré environ deux mois. Il y a d’abord eu trois compétitions régionales à Riyad, Djeddah et Ammam, avec un format de matches aller retour, à domicile et à l’extérieur. Les huit meilleures équipes des trois ligues - trois équipes de Riyad, trois de Djeddah et deux d’Ammam - ont ensuite participé à une ligue nationale à Djeddah sous un format de playoff, pendant une dizaine de jours.

Tableau des playoffs du championnat féminin d'Arabie saoudite 2021-22 - ©  SAFF

Les Saoudiens sont-ils intéressés à cette nouvelle compétition ?

Tout le monde a repris nos photos pour en parler, pour nous féliciter, nous encourager, etc. »

Lorsque nous avons lancé la ligue, nous avons annoncé les équipes, le format, mais nous n’avions pas beaucoup de contenu - photos ou vidéos - à fournir à la communauté. Mais une fois que nous avons commencé à poster pendant la première semaine de compétition, beaucoup de fans ont suivi les différents comptes. Tout le monde a repris nos photos pour en parler, pour nous féliciter, nous encourager, etc. Même la FIFA Fédération Internationale de Football Association a communiqué dessus.

Quel bilan tirez-vous de cette première édition ? Des évolutions sont-elles déjà envisagées ?

La durée totale est une chose qu’il faudra changer : au lieu d’avoir une compétition de deux mois, il faudrait une ligue de quatre à six mois. Les joueuses doivent pouvoir s’entraîner davantage.

En revanche, l’une des meilleures choses aura été l’enthousiasme des filles à l’idée de jouer et leur engagement. Elles jouaient deux matches par semaine, des matches très compétitifs.

Nous voulons vraiment profiter de cet élan en ajoutant plus d'équipes et en créant une deuxième division. L’idée serait de maintenir 16 équipes dans l'élite et d’avoir 12 équipes en deuxième division.

Women's national football championship - ©  SAFF

Les équipes actuelles sont-elles liées à des clubs professionnels masculins ?

Le championnat est devenu viral »

Pas encore. Les 16 équipes ont commencé à jouer en 2008 environ. Ce sont des clubs communautaires (amateurs), locaux, mais avec des sections féminines qui existent depuis 14 ans. Les filles savent comment jouer. Lorsque nous avons ouvert les inscriptions à ce nouveau championnat au sein de la fédération, ces équipes avaient déjà des joueuses et un staff technique. Ils se sont inscrits en tant que clubs féminins.

C’est l’un des avantages que nous avons eu après avoir terminé le championnat. Il est devenu viral sur les réseaux sociaux en Arabie saoudite avec toutes les photos, toutes les vidéos, etc. Les clubs masculins ont commencé à se rendre compte que les femmes jouaient bien au football. Maintenant que le championnat est terminé, certains sont intéressés par la création d’une équipe féminine. Nous verrons peut-être Al Nassr ou Al Hilal disputer dans notre ligue lors des prochaines saisons.

• Parallèlement au lancement du premier championnat féminin, l'Arabie saoudite a décidé de créer sa toute première équipe nationale féminine en 2021.

• Celle-ci a disputé des deux premiers matches officiels, pour autant de victoires (2-0), face aux Seychelles le 20 puis aux Maldives le 24/02/2022 dans le cadre d'un mini-tournoi opposant les trois pays.

• « Notre objectif est que les joueuses acquièrent l'expérience nécessaire pour jouer des matches internationaux, et de faire notre entrée officielle dans le classement de la FIFA », indiquait alors Monika Staab, coach allemande de la sélection saoudienne.

• Les règlements FIFA imposent à tout pays qui souhaite intégrer le classement mondial de disputer au moins cinq matches officiels. Il en manque donc encore trois à la sélection saoudienne pour y figurer.

L'équipe nationale féminine d'Arabie saoudite après sa victoire 2-0 face aux Maldives le 24/02/2022 - ©  SAFF

Est-ce un objectif pour vous de voir de plus en plus de filles jouer au football dans le Royaume ?

Nous allons lancer des ligues scolaires en août 2022 »

Bien sûr. Nous avons cet objectif et il est très important pour nous de commencer dès le plus jeune âge, de construire les bases de la participation massive des femmes, puis de passer aux championnats, au développement, etc. Nous parlons du football dans les écoles, ce qui est également décisif. C’est pourquoi nous allons lancer des ligues scolaires en août 2022.

Le football communautaire (ou amateur) doit se développer sous l'égide de la Fédération »

Il y a aussi le football communautaire qui doit se développer sous l'égide de la Fédération. Nous devons construire un football féminin qui s’inscrit dans la durée ici en Arabie saoudite. Nous n’en sommes qu’au début et nous faisons des tests en tant qu’observateurs. Nous verrons combien de filles joueront au football dans le Royaume d’ici deux ans.

Dans chaque projet que nous menons, nous devons comprendre la situation actuelle. Par exemple, le football à Djeddah, Riyad ou Dammam est différent de celui d’Al-Ula ou Tabuk. Les trois premières sont des régions plus grandes et les filles jouent au football depuis 2006. Si vous allez à Tabuk, il n’y a pas de ligue communautaire. Il faut la lancer, la développer. C’est différent. Nous sommes un grand pays, composé de 13 régions.

De jeunes Saoudiennes à l'entrainement, sous la direction de l'Allemande Monika Staab - ©  SAFF

Disposez-vous déjà de suffisamment d’infrastructures pour accueillir le football féminin ?

Nous passons des accords avec les écoles et les universités »

Les infrastructures sont un problème pour les hommes et donc pour les femmes aussi. Le gouvernement et la Fédération sont très conscients de ce problème. Nous venons de lancer un projet d’identification de terrains dans plusieurs villes. Par exemple, à Riyad, nous avons l’Université Prince Nourah. Nous voulons y rénover quatre terrains de football. Après cette rénovation, nous irons dans une autre ville, etc. Nous rénovons ces terrains pour le football féminin uniquement. Cela résoudra le problème.

Nous passons également des accords avec les écoles et les universités qui disposent déjà de stades ou de terrains de football afin de les utiliser pour le football féminin pendant certaines heures.

Combien le gouvernement investit-il dans le football féminin ?

300 000 riyals (140 000 $) pour l'équipe championne »

C’est énorme, même s’il est difficile de donner un chiffre précis. Une indication malgré tout : nous n’avons lancé la toute première ligue féminine du pays qu’en novembre 2021 et l'équipe victorieuse (Al Mamlaka FC) a reçu 300 000 riyals, soit 140 000 dollars. Pour une première saison seulement, c’est une somme importante. Nous pouvons imaginer que ce montant va augmenter dans les années à venir.

Lamia Bahaian


Visit in the directory

Career

Saudi Arabia Football Federation (SAFF)
Board Member & Head of Women’s Football Department
DLA Piper
Legal Consultant
DLA Piper
Paralegal

# 46186, created on 25/05/22 at 10:30 - Updated on 25/05/22 at 16:03

©  D.R.
Lamia Bahaian, directrice du football féminin au sein de la SAFF - ©  D.R.